accueil·culture·lecture

Plongée dans la mythologie grecque : « Circé » de Madeline Miller

circé

Ce livre est absolument parfait pour ceux qui n’ont pas pu partir cet été ou ceux qui veulent prolonger leurs vacances.

Ce récit sent bon le soleil, les vignes et la mer.

Alors prêts à approfondir tes connaissances en mythologie grecque ?

Résumé

Fruit des amours d’un dieu et d’une nymphe, Circé grandit parmi les Titans. Mais son caractère détonne. Elle, qui ne dispose pas de la grâce des dieux, a la voix d’une mortelle. Moquée par ses pairs, elle reste sensible aux charmes des humains, fascinée par leur mortalité.

Elle sera exilée par les siens sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée, pour avoir trop aimé les hommes.  Là, l’immortelle pourra enfin choisir qui elle souhaite être : demi-déesse mais femme avant tout. Puissante, libre et amoureuse.

Extrait

« Au-dessus de nos têtes, les constellations plongent et tournoient. Ma divinité brille en moi comme les derniers rayons du soleil avant qu’ils ne sombrent dans la mer. Jadis, je pensais que les dieux étaient le contraire de la mort, mais je vois maintenant qu’ils sont plus morts que tout le reste, car ils sont immuables et ne peuvent rien tenir entre leurs mains.

Toute ma vie, je suis allée de l’avant et, à présent, je suis ici. Si j’ai une voix de mortelle, laissez-moi aussi avoir le reste… »

Avis

Madeline Miller, reprend avec une plume incroyable, le mythe de Circée.  La mythologie prend, sous ses doigts, l’allures de romans feuilletons : trahisons, adultères et amours sous fonds d’ambroisie (boisson des dieux), tout y est décrit avec finesse.

Circée nous apparait dans ce roman comme une personne naïve, fragile et tellement humaine. A travers ses yeux, les histoires et les travers des divinités grecques nous sont décrites.

Demi-déesse choisissant de s’émanciper et condamnée à l’exil, elle développe, dans la solitude de son île, ses talents de sorcières et de guérisseuse.

Ce livre est un énorme coup de coeur et il arrive à point nommé. Aucun livre ne m’a marqué ces derniers mois et je n’ai même pas pris la peine de les finir pour la plupart.

Celui-ci a été lu en quelques jours.

J’ai réellement été happée par cette histoire, passant de rebondissements en rebondissements sans m’arrêter. Je me suis délectée à chaque page de ses aventures et de son cheminement personnel.

Et enfin, j’ai aimé son rapport à son immortalité.

Car a bien y réfléchir, l’immortalité n’est-elle pas la pire des malédictions ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s