accueil·culture·livres

#Girlboss : le livre badass qui fait du bien

girlboss

 

J’ai découvert ce livre à un moment assez délicat de ma vie.

Etant en profession libérale, j’ai rencontré ma première déconvenue dans mon métier il y a un peu plus d’un an : mon boss avait finalement décidé qu’il besoin de quelqu’un ayant 3/4 années d’expérience de plus que moi.

Le jour de mon anniversaire j’étais virée. Le coup de massue ! D’autant plus que la claque venait de la part de quelqu’un que je considérai comme mon mentor. C’est lui qui m’avait appris toutes les ficelles du métier.

Du jour au lendemain (ou plutôt après un préavis de 3 mois), je me retrouvai sans boulot et sans possibilité de toucher d’allocation chômage (n’étant pas salarié).

Le moral au plus bas, j’avais mis la main sur ce bouquin.

Je l’ai dévoré en deux petites journées (et relu plusieurs fois par la suite).

Résumé

Sophia Amoruso n’était pas forte en maths. Elle n’a pas fréquenté les prestigieuses universités dont sont issus la plupart des patrons de la Silicon Valley. Pour tout vous dire, Sophia Amoruso était même un cancre, plutôt porté sur les fêtes et les copains que sur les études dont elle décroche à dix-sept ans pour mener une vie de patachon. Mais, après un petit boulot mortifère et divers déboires, Sophia décide de mettre le paquet sur son passe-temps favori : dénicher des vêtements vintage dont elle habille ses copines pour en «faire des looks» postés sur les réseaux sociaux. Les commandes pleuvent. Huit ans plus tard, Sophia Amoruso génère 74 millions d’euros de revenus sur son propre site de vente en ligne, Nasty Gal. ce livre raconte comment une adolescente rebelle est devenue une femme d’affaires de trente ans à la tête d’une entreprise de plus de quatre cents personnes.

Avis

Attention pépite.

Ce livre donne des conseils à foisons pour se faire une place au soleil même lorsque l’on est une « outsider« comme Sophia Amoruso.

Une chose est sûre, pour elle, il n’est pas nécessaire d’avoir fait de hautes études en école de commerce pour monter un empire (et surtout kiffer sa life à faire un boulot qui lui correspond totalement).

Il apparait clairement à la lecture de son livre que son succès n’a rien d’un coup de chance mais résulte de sa clairvoyance et de son audace.

Chaque étape de sa vie est décrite dans ce livre : de son enfance, à sa vie actuelle de CEO et de directrice artistique de Nasty Gal, en passant par ses années punk et anarchiste, ses galères et ses petits boulots.

Le ton du livre est léger et se lit rapidement. Aucun temps mort dans la lecture n’est à constater :

On s‘amuse de ses déconvenues, on apprécie son audace, on est stupéfait de sa force de caractère et surtout on apprend à penser différemment (out of the box) en la lisant.

Je n’ose pas vraiment vous en parler plus en détail de ce livre, préférant vous laisser le plaisir de le découvrir par vous même.

Ce qui est sûr, c’est que ce bouquin aura été un formidable coup de pied au cul dans ma vie à un moment où j’en avais particulièrement besoin.

Ce livre a tellement eu de succès qu’une adaptation libre de la vie de la créatrice de Nasty Gal a été créée et diffusée sur netflix. Si le bouquin est un « must have« , la série n’est malheureusement clairement pas à la hauteur.

Pour prolonger le plaisir de votre lecture

Pour les anglophones, vous pouvez retrouver les conseils de Sophia Amoruso et de sa team également ici.

Pour une actualité également badass (en français cette fois-ci), je vous recommande celui-ci.

Note : 9/10 baby !

4 commentaires sur “#Girlboss : le livre badass qui fait du bien

  1. J’ai regardé la série qui avait été faite sur ce sujet, que j’avais trouvé intéressante.
    Après il faut savoir qu’aujourd’hui elle n’est plus CEO de NastyGal, et que la boite a même carrément fait faillite avant d’être rachetée par Boohoo. Du coup quand tu regardes un peu l’histoire dans son entièreté, le bilan me parait assez mitigé je dois dire.
    Mais l’histoire d’une success story comme ça est clairement inspirante!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai trouvé un article assez intéressant décrivant la suite de Girlboss : https://www.lofficiel.com/fashion/sophia-amoruso-c7b1f53c-9353-448e-a74a-f0fd0f52f0d1

      C’est vrai que l’entreprise « Nasty Gal » a fait faillite. Mais son parcours reste tout de même extrêmement inspirant. Elle a créé une nouvelle façon de vendre de la fringue et a été assez précurseur dans son domaine puisqu’elle a réussi à devancer un certain nombre de tendances (mode, marketing…)

      Et enfin le plus intéressant reste en mon sens sa capacité à rebondir :).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s