accueil·zéro déchet

Fastfashion : pourquoi est-ce que j’ai décidé de changer mes habitudes de consommation ? (1/2)

Processed with VSCO with c1 preset

Nous avons déjà tous  succombé à l’appel des sirènes : le T-shirt à la dernière mode pour dix euros, le jean délavé à vingt euros. De quoi se faire une garde robe fashion à petit prix grâce à des enseignes telles que Zara, H&M, Mango …

Et on se dit, « si mon vêtement ne tient pas bien longtemps, à ce prix là ce n’est pas bien grave. Je pourrai m’en racheter un neuf au besoin. » Ça satisfait notre besoin de nouveauté et puis après tout, il n’y a jamais de mal à se faire plaisir…

 Se faire plaisir, oui, mais à quel prix ?

Quel est le prix à payer pour l’environnement ? Quel est le prix à payer pour l’ensemble des personnes travaillant dans  l’industrie du textile ?

J’ai regardé le documentaire « the true cost «  (disponible sur netflix). Et ce film m’a encore une fois confortée dans mon idée de changement :

Si un vêtement arrive aussi peu cher dans nos rayons, cela signifie forcément que cela a été rendu possible grâce à un  certain nombre de sacrifices et de concessions sur l’ensemble de la  chaîne de fabrication. Ainsi nous devons nous attendre à :

  • un coton de mauvaise qualité traité aux pesticides;
  • une matière première ayant reçue de nombreux produits chimiques nocifs non seulement pour l’environnement mais également pour ceux qui les appliquent sur le vêtement et ceux qui les portent;
  • la délocalisation de l’ensemble de la chaîne de production dans des pays tels que le Bangladesh,ou l’Inde;
  • l’esclavagisme moderne des travailleurs dans le textile, travaillant quinze heures par jour dans des bâtiments insalubres pour un salaire de misère;
  • des vêtements ayant traversés plusieurs fois le tour du monde pendant les différentes étapes de production avant d’arriver sur nos cintres.

Après quelques années le vêtement devenant immettable, nous le jetons à la poubelle. Et là encore la bât blesse : le tissus n’est pas une matière biodégradable.

On peut essayer de se donner bonne conscience en les donnant à des œuvres de charité nos vieux vêtements mais en réalité seulement 10% de ces derniers sont réutilisés et revendus. Le reste fini bel et bien à la décharge. Un énorme gâchi.

Il ne faut pas oublier que l’industrie du textile reste la 2e industrie la plus polluante après celle de la pétrochimie.

Heureusement, il est possible de consommer différemment, de manière plus respectueuse, sans pour autant payer une fortune, et en ayant la possibilité de se faire réellement plaisir !

J’ai commencé à changer mes habitudes de consommation début 2017 par défi. Je voulais savoir si je pouvais facilement ne pas acheter ou recevoir de vêtements neufs pendant une année. Seule exception : les chaussures. Pour le reste, je devais soit me les coudre, soit les trouver d’occasion. 

Le défi a été relevé sans difficulté puisque, de vous à moi, j’ai adoré ça. J’ai réussi  à trouver de vraie perles pendant cette année. J’ai réitéré l’expérience pour 2018.

J’ai, par exemple, trouvé cette magnifique robe (en photo ci-dessous), arrivant tout droit des années cinquante. J’ai tout de suite flashé sur sa coupe, sur ce grand col, ces boutons tellement jolis. Peu importe, (au moment où je l’ai acheté), quelle soit blanche, tachée et trop petite. J’ai découpé, teint, déplacé les boutons et maintenant elle me plait tellement ! Tout ça pour 10 euros !

 

Ce que j’aime dans les vêtements d’occasion, c’est leur histoire.

D’où viennent t-ils ? Quelles aventures ont-ils vécus avec leurs précédents propriétaires ? Qu-ont-ils à nous raconter?

Il y a également les vêtements que l’on prend le temps de coudre, de remanier jusqu’à ce qu’ils nous aillent parfaitement. C’est toujours une vraie fierté de porter quelque chose que l’on a créé à la force de ses doigts et de son imagination.

Il y a par exemple ce sweat que j’ai cousu et que j’adore ou encore cette veste en cuir, parfaite, que j’ai trouvé en friperie pour 50 euros.

 

Il y a également cette veste que j’ai trouvé en brocante qui s’accorde parfaitement avec ma robe dita que j’ai cousu il y a quelques mois.

 

 

Et encore, je vous montre qu’un petit bout de ma garde robe !

Comme je suis sympa, je vais vous faire un nouvel article cette semaine pour vous parler de tous mes bons plans, vous donner toutes mes adresses fétiches et vous partager  quelques astuces pour vous aider à dénicher de super vêtements d’occas’ et de magnifiques tissus pour faire chauffer votre machine.

Alors à très vite !

6 commentaires sur “Fastfashion : pourquoi est-ce que j’ai décidé de changer mes habitudes de consommation ? (1/2)

  1. J’aime beaucoup les vêtements d’occasion aussi (tout comme les livres d’occasion en fait !), et c’est un plaisir… je préfère acheter moins et de seconde main, j’en profite finalement mieux pour un moindre impact. Après, comme je le développais dans un article récent, je pense que la consommation n’est pas la solution miracle du changement social, mais je me réjouis quand même de voir qu’autant de personnes ont vu ce documentaire (entre autre)s et réfléchissent à ce qui pourrait être changé

    J'aime

  2. Merci pour ton commentaire. J’ai pris le temps de lire ton article « Voter avec son portefeuille ? Des limites de la consommation éthique » que j’ai trouvé extrêmement intéressant (d’ailleurs j’ai pris le soin de le commenter tellement je l’ai trouvé cool).

    Je pense également que la consommation n’est pas la solution miracle, mais que nos choix de consommation peuvent avoir un impact à plus grande échelle.

    Il reste toujours intéressant de se demander : pourquoi est ce que j’achète ce produit ? En ai-je réellement besoin? Est ce que le vêtement que je souhaite acheter va pouvoir perdurer dans le temps? Et de réfléchir à ce que l’on peut en faire lorsque ce dernier ne nous convient plus (le donner, le transformer…). Ne plus considérer le vêtement comme quelque chose de jetable.

    Acheter d’occasion permet non seulement de limiter son impact environnemental mais permet également de trouver des pièces de qualité à prix extrêmement raisonnables qui sont non seulement intemporelles, qui ont parfois des dizaines d’années et n’ont toujours pas bougées d’un pouce. Et ça, il n’y a pas à dire j’adore.

    Et je suis également comme toi pour les livres. Je trouve la plupart dans des brocantes 🙂

    J'aime

  3. Je trouve ça génial ! moi aussi j’ai commencé à désencombrer, terme bien utilisé aujourd’hui, sans savoir que c’était ce que j’étais en train de faire ! En fait, je ne pouvais plus ouvrir mon armoire, j’étais « polluée » psychiquement, je n’arrivai pas à choisir mes vêtements, et pourtant, j’avais le choix ! petit à petit, en lisant des articles à droite à gauche, je me suis rendue compte que je cherchai aussi la voix du minimalisme, mais la route est longue ! j’ai commencé par mon armoire il y a déjà bien 2-3 ans, et je continue encore, mon souhait est de me lever, de prendre mes vêtements sans me poser de questions, mais attention j’aime les vêtements 😉 et je souhaite pouvoir continuer de mes les faire, ou bien comme toi, d’acheter si vraiment besoin dans des fripperies… Bref, je pourrais continuer longtemps car ça ne s’arrête pas là, mais dans toutes les pièces de la maison ! J’ai encore du chemin à faire 😉 Très joli blog en tout cas et de belles coutures !

    J'aime

    1. Je suis un peu comme toi. Le déclic m’est venu il y a un an en lisant le livre de Marie Kondo « la magie du rangement ». Comme beaucoup de personne, une fois le livre fini j’ai été prise d’une frénésie du rangement. Ça a duré plusieurs semaines, le temps d’absolument tout trier dans le maison, et ça m’a fait un bien fou. C’est dingue ce que l’on peut garder. Des trucs que l’on aime même pas en plus et on se sent tellement mieux une fois que l’on s’en est débarassé. Merci pour le compliment sur le blog. J’ai été faire un tour sur le tiens et j’aime beaucoup aussi tes créations. J’ai flashé sur ta belle robe rouge (décidément j’ai un truc avec cette couleur ahah).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s